Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aotearoa un survol de plus

Aotearoa un survol de plus

Menu
oiseaux

oiseaux

Nous n’oublierons jamais notre première aube à Waiotahi dans la Bay of Plenty. Des oiseaux que nous n’avions jamais entendus s’égosillaient dans le verger sur lequel donnait notre chambre. C’était idyllique. Cynthia, une amie, nous apprit qu’il s’agissait de tuis et de bellbirds, des oiseaux que l’on ne trouve qu’en Nouvelle-Zélande (on dit : endémiques).

Au fil du voyage, nous avons appris pas mal de choses sur la faune d’ici, et curieusement, presque plus dans les musées et les parcs animaliers que dans nature, car beaucoup d’espèces sont devenues très rares et demandent protection, d’autres ayant même été exterminées.

D’autres encore ont été importées, ce qui est perturbant et oblige l’observateur qui veut comprendre un tant soit peu ce monde des oiseaux à classer ceux-ci dans de nombreuses catégories comme les espèces éteintes, les espèces endémiques et préservées car en danger d’extinction, les espèces endémiques mais relativement courantes (parfois seulement dans quelques lieux) et puis bien entendu les espèces non endémiques, venues d’elles-mêmes ou importées par l’homme (les Maoris, mais surtout les Européens que les Maoris appellent Pakehas).

Notre but ici n’est pas de faire un tableau exhaustif de la situation des oiseaux sur ces îles qui furent longtemps préservées de la présence humaine (mais pas assez longtemps cependant, au vu de l’état catastrophique de l’environnement et du nombre d’espèces déjà éteintes ou en voie de l’être), non, notre intention est seulement de vous montrer quelques oiseaux rencontrés au fil des douze semaines passées sur place. Ces rencontres nous ont toujours ravi.

A noter que nous n’avions pas de matériel photographique sophistiqué ni des puissants téléobjectifs. Nous réclamons donc votre compréhension dans ce chapitre consacré aux plus touchants amis de l’homme. Nous devons aussi regretter de n’avoir pu photographier le fantail et le bellbird, tous deux endémiques et courants, mais trop véloces pour notre matériel.

Il y a bien de quoi pleurer quand on pense au paradis que fut ce monde où les oiseaux égayaient le bush avant l'arrivée de l'homme. Ici, la métaphore d'un takahe que l'on réconforte tant il se sent seul au monde.

Il y a bien de quoi pleurer quand on pense au paradis que fut ce monde où les oiseaux égayaient le bush avant l'arrivée de l'homme. Ici, la métaphore d'un takahe que l'on réconforte tant il se sent seul au monde.

Un des rares takahe encore en vie, vu dans un parc animalier (le Mount Bruce Wildlife Center).

Un des rares takahe encore en vie, vu dans un parc animalier (le Mount Bruce Wildlife Center).

La liste des oiseaux disparus est longue. On la trouve au Te Papa Museum de Wellington. J'ai une pensée particulière pour le huia, exterminé pour ses plumes malgré les demandes des Maoris pour qu'on protège ce si bel oiseau et les efforts de Lord Onslow qui fut un des premiers défenseurs des oiseaux natifs de son pays.

La liste des oiseaux disparus est longue. On la trouve au Te Papa Museum de Wellington. J'ai une pensée particulière pour le huia, exterminé pour ses plumes malgré les demandes des Maoris pour qu'on protège ce si bel oiseau et les efforts de Lord Onslow qui fut un des premiers défenseurs des oiseaux natifs de son pays.

Le plus emblématique de ces oiseaux disparus est le moa. Mangés jusqu'au dernier par les Maoris.

Le plus emblématique de ces oiseaux disparus est le moa. Mangés jusqu'au dernier par les Maoris.

Squelette de moa au musée de Whanganui. Il faut dire que certaines sous-espèces de cet oiseau immense mais sans ailes avaient déjà disparu avant l'arrivé des hommes, il y a moins d'un millénaire.

Squelette de moa au musée de Whanganui. Il faut dire que certaines sous-espèces de cet oiseau immense mais sans ailes avaient déjà disparu avant l'arrivé des hommes, il y a moins d'un millénaire.

Le kiwi, l'oiseau emblématique du pays, est lui aussi en danger de disparaître. Partagé en cinq sous-espèces, il en reste sans doute en tout moins de 60.000 (42.250 pour être précis). Celui-ci reçoit des soins attentifs au Mount Bruce Wildlife Center.

Le kiwi, l'oiseau emblématique du pays, est lui aussi en danger de disparaître. Partagé en cinq sous-espèces, il en reste sans doute en tout moins de 60.000 (42.250 pour être précis). Celui-ci reçoit des soins attentifs au Mount Bruce Wildlife Center.

Dans ce même centre on trouve aussi le seul kiwi blanc au monde. Il valait bien cette (mauvaise) photo prise sans flash dans des conditions de très faible lumière (puisque le kiwi vit la nuit).

Dans ce même centre on trouve aussi le seul kiwi blanc au monde. Il valait bien cette (mauvaise) photo prise sans flash dans des conditions de très faible lumière (puisque le kiwi vit la nuit).

Le kokako de l'île du nord. Endémique donc. Il en reste 2000. Celui-ci est captif. Le kokako de l'île du sud (une autre sous-espèce donc), encore abondant du temps de Cook a, lui, totalement disparu. Eradiqué par l'homme. Si vous voulez entendre ce que fut son son chant il vous faudra vous rendre au musée provincial de Nelson où celui-ci a été reconstitué. Vous pleurerez peut-être.

Le kokako de l'île du nord. Endémique donc. Il en reste 2000. Celui-ci est captif. Le kokako de l'île du sud (une autre sous-espèce donc), encore abondant du temps de Cook a, lui, totalement disparu. Eradiqué par l'homme. Si vous voulez entendre ce que fut son son chant il vous faudra vous rendre au musée provincial de Nelson où celui-ci a été reconstitué. Vous pleurerez peut-être.

Le kaka. Endémique. Devenu rare.

Le kaka. Endémique. Devenu rare.

Endémique mais commun, le tui. Un oiseau qui se régale du nectar des fleurs comme le bellbird qui chante encore mieux que lui (mais que nous n'avons pu capturer sur la pellicule).

Endémique mais commun, le tui. Un oiseau qui se régale du nectar des fleurs comme le bellbird qui chante encore mieux que lui (mais que nous n'avons pu capturer sur la pellicule).

Le pukeko pourpre. Vit dans les marécages. Commun ici, comme dans tout le Pacifique du sud-ouest.

Le pukeko pourpre. Vit dans les marécages. Commun ici, comme dans tout le Pacifique du sud-ouest.

Le robin de l'île du nord. Endémique. Courant. Sympa!

Le robin de l'île du nord. Endémique. Courant. Sympa!

Le silvereye. Natif. Courant. Sympa aussi!

Le silvereye. Natif. Courant. Sympa aussi!

Le weka. Endémique mais devenu rare. Il ne vole pas. On le trouve encore dans la région d'Opotiki (île du nord) et de Motueka (île du sud).

Le weka. Endémique mais devenu rare. Il ne vole pas. On le trouve encore dans la région d'Opotiki (île du nord) et de Motueka (île du sud).

Le song thrush. Introduit ici par l'homme.

Le song thrush. Introduit ici par l'homme.

Le merle (blackbird). Introduit. Fort semblable au nôtre, avec un oeil peut-être un plus malicieux encore. Le chant territorial du mâle est là aussi un régal.

Le merle (blackbird). Introduit. Fort semblable au nôtre, avec un oeil peut-être un plus malicieux encore. Le chant territorial du mâle est là aussi un régal.

Oiseau des rivières, le pied shag n'est pas aimé des pêcheurs avec lesquels il entre en concurrence. On le rencontre aussi ailleurs dans le monde, où il serait moins menacé.

Oiseau des rivières, le pied shag n'est pas aimé des pêcheurs avec lesquels il entre en concurrence. On le rencontre aussi ailleurs dans le monde, où il serait moins menacé.

Le California quail. Introduit. Assez répandu.

Le California quail. Introduit. Assez répandu.

Le cygne noir. Introduit.

Le cygne noir. Introduit.

Le faisan. Introduit... et chassé.

Le faisan. Introduit... et chassé.

Les pinsons ici sont moins peureux que chez nous.

Les pinsons ici sont moins peureux que chez nous.

Le cacatoès Gege et son maître, un ancien marin retiré au milieu de nulle part et qui se souvient bien d'Anvers et des bars de la Skippers straat au temps de sa jeunesse... Une rencontre touchante et qui nous fit constater une fois encore que ce monde est petit!

Le cacatoès Gege et son maître, un ancien marin retiré au milieu de nulle part et qui se souvient bien d'Anvers et des bars de la Skippers straat au temps de sa jeunesse... Une rencontre touchante et qui nous fit constater une fois encore que ce monde est petit!

L'oystercatcher. Endémique. Ne semble plus en danger de disparaître.

L'oystercatcher. Endémique. Ne semble plus en danger de disparaître.

Et enfin ces petits penguins bleus, que l'on ne trouve qu'en Nouvelle-Zélande et dans le sud de l'Australie (fairy penguins)

Et enfin ces petits penguins bleus, que l'on ne trouve qu'en Nouvelle-Zélande et dans le sud de l'Australie (fairy penguins)