Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aotearoa un survol de plus

Aotearoa un survol de plus

Menu
devinette

devinette

En Nouvelle-Zélande, qu’est-ce qu’on produit, qu’on côtoie et qu’on risque d’écraser sur les routes? Des kiwis, les seconds prenant une majuscule et portant parfois un chapeau.

Le fruit kiwi s'appelle à l'origine groseille de Chine. Poilu comme l'oiseau bien connu ici, on lui a donné le nom de celui-ci: kiwi. En Nouvelle-Zélande, on le cultive et l'exporte à grande échelle. Il craint le vent, d'où ces clôtures végétales caractéristiques qui le protègent.

Le fruit kiwi s'appelle à l'origine groseille de Chine. Poilu comme l'oiseau bien connu ici, on lui a donné le nom de celui-ci: kiwi. En Nouvelle-Zélande, on le cultive et l'exporte à grande échelle. Il craint le vent, d'où ces clôtures végétales caractéristiques qui le protègent.

Il y a en a des verts, comme ceux-ci, et des dorés (pas meilleurs mais beaucoup plus chers).

Il y a en a des verts, comme ceux-ci, et des dorés (pas meilleurs mais beaucoup plus chers).

Les Kiwis ont eux, le sens de l'humour.

Les Kiwis ont eux, le sens de l'humour.

Même et surtout Gandalf le Gris. Vous connaissez?

Même et surtout Gandalf le Gris. Vous connaissez?

Enfin, l'oiseau. Les Maoris connaissaient le kiwi comme « te manu huna a Tāne », l'oiseau caché de Tāne, dieu de la forêt. Ce sont eux qui l'ont appelé kiwi. Les animaux introduits par les hommes (hermines, chiens, chats et porcs sauvages) furent (et sont encore) une menace pour ces oiseaux sympathiques aux ailes inutiles qui sont aujourd’hui en danger d'extinction. Malgré certains signaux routiers qui demandent de les épargner, il y a peu de chance d’en croiser sur les routes quand ils se déplacent la nuit, tant ils sont rares.

Enfin, l'oiseau. Les Maoris connaissaient le kiwi comme « te manu huna a Tāne », l'oiseau caché de Tāne, dieu de la forêt. Ce sont eux qui l'ont appelé kiwi. Les animaux introduits par les hommes (hermines, chiens, chats et porcs sauvages) furent (et sont encore) une menace pour ces oiseaux sympathiques aux ailes inutiles qui sont aujourd’hui en danger d'extinction. Malgré certains signaux routiers qui demandent de les épargner, il y a peu de chance d’en croiser sur les routes quand ils se déplacent la nuit, tant ils sont rares.

Cette photo a été prise dans la pouponnière de Mount Bruce au nord de Masterton, un des rares endroits où on peut voir encore ces chouettes petites bêtes.

Cette photo a été prise dans la pouponnière de Mount Bruce au nord de Masterton, un des rares endroits où on peut voir encore ces chouettes petites bêtes.