Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aotearoa un survol de plus

Aotearoa un survol de plus

Menu
décalage

décalage

John Cleese a dit un jour de Palmerston North que si on voulait se suicider mais manquait de courage, une visite dans cette ville de l’île du nord serait sans doute d’une grande aide. On pourrait sans doute en dire autant de Murchison, une ville - deux rues ! - que l’on doit absolument traverser pour rejoindre le sud-est de l’île du sud venant de la Tasman Bay ou du Cook Strait, depuis que le tremblement de terre de novembre dernier a coupé la jolie route de la côte (entre Clarence et Kaikoura).

A Murchison, personne ne s’attarde donc, hormis les déprimés pressés d’en finir… et les moustiques, ou plus exactement leurs équivalents « down under » : les fameux sandflies qui vous clouent à l’intérieur des carrioles ou des maisons d’un autre âge.

Mais au-delà de ce cliché, Murchison est la caricature parfaite de ces deux îles du bout du monde, à l’abri de la trumpitude des choses, sympathiques mais figées, où nous vivons depuis plus de deux mois : vieilles bicoques, vieilles voitures, vieilles musiques, vieilles mœurs, vieille façon de se nourrir, vieilles idées quoi !

décalage
Parfois, passe un camion d'aujourd'hui dans cette ville d'hier...

Parfois, passe un camion d'aujourd'hui dans cette ville d'hier...

L'église où la messe se dit deux fois par mois. Garantie sans fantômes.

L'église où la messe se dit deux fois par mois. Garantie sans fantômes.

Le théâtre, où se jouent les dernières créations de la scène artistique locale

Le théâtre, où se jouent les dernières créations de la scène artistique locale

Le shopping, façon Murchison

Le shopping, façon Murchison

Le lodge ?

Le lodge ?

Mais la fuite est toujours possible...

Mais la fuite est toujours possible...

... sans regret.

... sans regret.